C’est l’un des plus grands événements du sport automobile mondial : le Grand Prix de Monaco. Dans l’histoire de la Formule 1, le Grand Prix de Monaco joue un rôle important. Quelles sont les origines du Grand Prix ?
Le Grand Prix de Monaco est l’une des nombreuses courses européennes qui datent de l’époque où le championnat du monde de Formule Un n’existait pas encore. Lorsque le Grand Prix de Monaco a été disputé pour la première fois, la Formule 1 n’existait pas encore dans sa forme actuelle. 

Les débuts du Grand Prix

Le premier Grand Prix de Monaco a eu lieu le 14 avril 1929 : le Monégasque Antony Noghès a donné l’impulsion pour organiser une course automobile dans les rues de Monaco. Le prince Louis II de Monaco, qui était président de l’Automobile Club de Monaco, a soutenu Antony Noghès dans la réalisation d’une course automobile à Monaco. De plus, le pilote automobile monégasque Louis Chiron a soutenu l’idée d’un Grand Prix dans son pays.
Mais avant que le Grand Prix de Monaco puisse être organisé pour la première fois, il a d’abord fallu surmonter quelques obstacles. 

En 1929, de nombreux pilotes doutaient du circuit de Monaco :
Certains des meilleurs pilotes de l’époque n’ont pas participé au premier Grand Prix de Monaco.

Obstacles

En 1928, Antony Noghès a demandé à l’AIACR, un prédécesseur de la FIA, de pouvoir organiser à Monaco une course reconnue internationalement par l’AIACR. Mais cette demande a d’abord été rejetée : la raison invoquée était notamment que le circuit traversait de nombreux autres pays européens. Le réseau routier de Monaco n’était pas encore suffisamment développé pour accueillir un circuit de course.
Noghès obtint l’accord du prince pour aménager le réseau routier en conséquence et prendre toutes les dispositions nécessaires pour accueillir un circuit de Grand Prix. Plus rien ne s’opposait donc à la tenue d’un Grand Prix à Monaco. 

Premier Grand Prix de Monaco

À l’époque, les constructeurs Alfa Romeo et Maserati étaient les leaders du sport automobile : les meilleurs pilotes des deux constructeurs doutaient cependant que Monaco convienne comme circuit et ne participèrent pas au premier Grand Prix de Monaco.
Le premier Grand Prix de Monaco, qui s’est déroulé le 14 avril 1929, a réuni 15 pilotes pendant 4 heures : Des courses de cette longueur n’étaient pas rares à l’époque. 

Dans les années qui suivirent, le Grand Prix de Monaco se développa de plus en plus : de nombreux pilotes comprirent que le circuit était une occasion de démontrer leur talent. Le circuit de Monaco exigeait plus d’un pilote de Grand Prix que d’autres circuits.

En 1939, toutes les courses du Grand Prix ont été annulées. Ce n’est qu’après la fin de la Seconde Guerre mondiale qu’un Grand Prix devait à nouveau avoir lieu.
Le Grand Prix de Monaco a d’abord été organisé de manière irrégulière à partir de 1945. En 1950, le championnat du monde de sport automobile prit le nom de Formule 1. Ce n’est qu’à partir de 1955 que le Grand Prix de Monaco fut à nouveau disputé sur une base régulière.
Le mariage de Grace Kelly avec le Prince Rainier III en 1956 a marqué le début d’une nouvelle ère de prospérité pour la Principauté de Monaco. En conséquence, le Grand Prix de Monaco est devenu de plus en plus populaire : jusqu’à aujourd’hui, la tradition veut que la famille princière remette les coupes de course aux pilotes et aux constructeurs à la fin du Grand Prix. 

Monaco ne pardonne pas les erreurs

Pour un pilote de Formule 1, gagner le Grand Prix de Monaco est encore aujourd’hui un sentiment particulier : Le circuit sinueux, parsemé de passages étroits, pousse même le pilote de Formule 1 le plus éprouvé à la limite de ses capacités. Le circuit du Grand Prix de Monaco ne pardonne aucune erreur : la moindre erreur de conduite, qui ne coûterait que quelques dixièmes de seconde au pilote sur un autre circuit, a des conséquences désastreuses à Monaco.
À cela s’ajoutent les grandes différences d’altitude du circuit. Le circuit traverse les rues de Monte Carlo et de La Condamine, le quartier central de Monaco. 

Parcours traditionnel

Depuis 1929, peu de changements ont été apportés au tracé du circuit : Le long tunnel suivi d’un virage en épingle à cheveux est une caractéristique du circuit de Monaco. La piscine fait également partie des emblèmes du circuit urbain.
À plusieurs endroits, le circuit passe directement devant le port de Monaco – les places de spectateurs sur un yacht dans le port de Monaco comptent parmi les plus convoitées.
Des appartements à Monaco avec vue sur le Grand Prix sont loués spécialement pendant le week-end du Grand Prix. 

Pour Ayrton Senna, la course de Monaco de 1988 a été une expérience spirituelle.

Pilotes légendaires

Le Britannique Graham Hill a remporté cinq fois le Grand Prix de Monaco dans les années 1960, ce qui lui a valu d’être longtemps surnommé le « roi de Monaco ». 
Ayrton Senna a remporté le Grand Prix de Monaco six fois au total, battant ainsi le record de Graham Hill. Senna détient toujours ce record.
Entre 1984 et 1993, Ayrton Senna et Alain Prost se sont livrés à de nombreuses manœuvres de dépassement sur le circuit et à des luttes tendues pour la première place. 

En 1988, Ayrton Senna a percuté un mur au 67e tour du Grand Prix de Monaco : sa frustration était telle qu’il a couru jusqu’à son appartement de Monaco pour se détendre. Néanmoins, Senna a décrit cette course comme une expérience spirituelle : 

Presque aussi vieux que la Formule 1

Le Grand Prix de Monaco est presque aussi vieux que la Formule 1 : de nombreux amateurs de sport automobile associent le circuit urbain de Monaco à des souvenirs inoubliables. Chaque pilote qui a maîtrisé le circuit une fois s’en souvient également pour le reste de sa vie. Le circuit reste aujourd’hui encore un grand défi pour les pilotes de Formule 1 : en raison de la faible vitesse moyenne du circuit urbain, il est difficile de prédire qui sortira vainqueur. Le Grand Prix de Monaco a déjà créé de nombreuses surprises…

Simon von Ludwig


Image d’article: © Simon von Ludwig

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.