C’est une bataille sanglante qui s’est déroulée sur les collines de Champagne en 451 après J.-C. : les Huns du roi Attila combattent l’Empire romain. Les Huns ont envahi l’Empire romain en passant le Rhin et ont dévasté Amiens, Reims, Metz et Strasbourg au cours de leur campagne de combat. 

Attila le Hun 

Dans une région portant le nom Champagne aujourd’hui, les Romains et les Huns se rencontrent : « La Champagne » devient l’un des théâtres de guerre les plus sanglants de l’Antiquité tardive.
Attila ne gagne pas la bataille : Les Romains gagnent et Attila le Hun doit se retirer de la Gaule.
Le champagne : aujourd’hui, c’est une boisson qui, dans le monde entier, est synonyme d’occasions festives et de rassemblements joyeux. Mais quelle est l’histoire derrière cette boisson glamoureuse ?  La boisson est-elle aussi glamoureuse que sa réputation ?

Les premiers vignobles en Champagne

Les Romains ont établi les premiers vignobles dans un endroit qui a été baptisé plus tard « La Champagne ». Lorsque le Vésuve est entré en éruption en 79 après J.-C., il n’a pas seulement enseveli Pompéi.
Il a également enseveli les vignobles romains les plus productifs sous ses masses de lave. L’empereur romain Domitien a émis un ordre : pour lutter contre la pénurie de vin, les champs de céréales devaient être convertis en vignobles. Cela a joué dans les cartes de la future Champagne – au début.
Tout s’est bien passé jusqu’à ce que la pénurie de vin se transforme en pénurie de pain : moins de champs de céréales, c’est moins de pain. 

L’ordre suivant disait : tous les vignobles de la Champagne – cette fois-ci, il s’agissait explicitement de la Champagne – devaient être transformés en champs de céréales. Des légionnaires ont été envoyés pour faire respecter l’ordre. 

Fini le rêve de vignobles en Champagne.
Il faudra attendre deux siècles pour que la Champagne redevienne le centre de la viticulture. L’espoir de la Champagne naît lorsque Marcus Probus accepte la couronne impériale de l’Empire romain. 

Weinberge in der Champagne (© Kreatinst)
Vignobles en Champagne, © Kreatinst, Wikimedia Commons (CC BY-SA 4.0)

Empereur Probus : promoteur du champagne

L’empereur Probus est considéré comme un grand promoteur de la viticulture : il autorise les habitants de Gaule, d’Hispanie et de Grande-Bretagne à posséder des vignes et à produire du vin.
Les Champenois ont été enchantés, il n’a pas été nécessaire de leur dire deux fois : non seulement ils ont à nouveau la permission de cultiver du vin, l’empereur Probus les a même envoyé des légionnaires pour soutenir les vignerons en herbe dans leur entreprise. 

Clovis I. 

Le vin produit en Champagne à cette époque était très éloigné de ce que l’on appelle aujourd’hui le champagne : il était plat. En outre, il n’était pas possible de transporter le vin sur de longues distances. Lorsqu’on buvait du vin, il provenait de la région concernée : le vin de Champagne était donc un des nombreux vins régionaux que la population locale buvait.
C’est en 496 que l’on trouve la première mention historique du vin de Champagne : Clovis Ier, premier roi de l’Empire franc, est baptisé dans la cathédrale de Reims. Le vin local a été servi : le champagne.
Dès lors, presque tous les souverains français se sont fait couronner dans la cathédrale de Reims avec champagne. 

Dom Pérignon et la méthode champenoise

L’année 1660 est souvent citée comme l’année de naissance du Champagne : Au Royaume-Uni, le vin était acheté en tonneaux et stocké dans des bouteilles. Les résidus de levure et de sucre ont provoqué une fermentation secondaire dans les bouteilles : à cette époque, les gens ne connaissaient pas le contexte chimique, mais ils admiraient le vin mousseux créé inconsciemment. Mais il n’a pas fallu longtemps pour découvrir le secret : Très vite, on ajoute du sucre systématiquement dans les bouteilles afin de pouvoir contrôler la fermentation secondaire.

Dom Pérignon, un moine français de l’ordre bénédictin, a joué un rôle important dans le développement de la fermentation en bouteille, qui a ensuite été baptisée « méthode champenoise ». Aujourd’hui, cette méthode est utilisée non seulement pour le Champagne, mais aussi pour d’autres vins mousseux – notamment le « Winzersekt » allemand, le Crémant et le Cava. 

Le Roi Soleil et son vin diabolique

Outre Clovis Ier, un autre roi français a joué un rôle majeur dans l’histoire du champagne : le Roi Soleil, Louis XIV. Lors de ses nombreux et démesurés dîners, qui ont rendu Versailles célèbre, un vin figurait au menu : le champagne. Louis XIV favorisait le vin de Champagne : son ministre des finances, Colbert, venait de Reims et apportait le vin à la cour royale française.
Le vin qui provenait de la Champagne à cette époque était principalement du vin rouge plat, du vin blanc et, dans une très faible mesure, du vin mousseux : le vin mousseux n’était pas maîtrisé. La pression de fermentation a poussé les bouteilles en verre de l’époque à leur limite : elles ont explosé. On a baptisé ce phénomène « la casse ». Jusqu’au XVIIIe siècle, la casse reste une raison pour les vignerons champenois de renoncer au vin mousseux. Le champagne mousseux était considéré comme le vin du diable à cette époque.
En raison des pertes extrêmement élevées dues à la casse, le champagne est à cette époque d’un prix exorbitant et reste l’apanage de la haute noblesse. 

Le champagne : purement français ?

La seconde moitié du XVIIIe siècle est une phase d’éveil pour le champagne : les systèmes économiques de l’Europe occidentale sont sur le point de changer. Un esprit d’entreprise s’est formé, qui n’avait pas pu s’épanouir auparavant en raison de l’économie réglementée par l’État.
Cela a eu un impact sur le champagne : Beaucoup des maisons de champagne ont été fondées qui dominent le marché jusqu’à aujourd’hui. Mais les Français ne sont pas les seuls à avoir participé au succès de la commercialisation du champagne.
« Il n’y a, en effet, pas une seule maison de vin dans toute la Champagne qui ne soit plus ou moins sous la direction d’un Allemand », peut-on lire dans l’ouvrage « Le pays du champagne » de 1867. Lorsqu’une maison de champagne dirigée par un Français fait faillite, on dit qu’ « il n’avait pas eu un Allemand dans l’entreprise ». 

Jusqu’à aujourd’hui, on trouve des noms allemands sur les étiquettes de champagne : par exemple chez Bollinger. La maison traditionnelle a été fondée par Paul Renaudin et Joseph Jacob Bollinger. Les vignobles étaient fournis par le comte de Villermont, dont la famille possédait des vignobles en Champagne depuis des siècles. 

Aujourd’hui, la Maison Bollinger possède 164 hectares de vignobles en propre : c’est une des rares maisons de Champagne qui est restée dans la possession de la famille – de nombreuses autres maisons de Champagne ont aujourd’hui fusionné dans des groupes internationaux. 

Joseph Bollinger, Gründer des Champagnerhauses Bollinger
Joseph Bollinger (1803 – 1884), Fondateur de la maison de champagne Bollinger, Wikimedia Commons

Contexte chimique

Au XIXe siècle, les connaissances nécessaires ont été acquises pour produire le champagne comme aujourd’hui : en 1801, Napoléon a nommé le chimiste Jean-Antione Chaptal comme ministre de l’intérieur. Chaptal s’est intéressé au sucrage à sec du vin (appelé Chaptalisation d’après lui), dans lequel le sucre est délibérément ajouté pendant la fermentation.
Auparavant, le sucre devait être importé des Caraïbes : Cela a changé lorsque le ministère de l’agriculture a encouragé la culture de la betterave sucrière en France.
Grâce à la Réduction François inventée par Jean-Baptiste François, le dosage du sucre dans les bouteilles de champagne peut être ajusté. Maintenant, les bouteilles n’explosent plus sous l’effet de la pression.
Le vin noble appelé champagne comme on le connaisse aujourd’hui est né.

La guerre du champagne : un marketing sophistiqué

Il ne manquait plus qu’un aspect pour compléter le principe du champagne : Le marketing.
George Kessler, né en 1863, qui était à l’époque l’un des plus grands importateurs de vin d’Amérique, a réussi un coup en 1902 : le Kaiser Wilhelm II avait commandé du vin mousseux allemand pour les célébrations du baptême d’un navire. 

Kessler a échangé la bouteille de vin mousseux destinée au baptême du navire pour une bouteille de
champagne : L’empereur était furieux. C’est un scandale qui a été baptisé la guerre du champagne. Le nom de Champagne figure sur presque toutes les journaux et les ventes de vin mousseux de Champagne s’envolent : un coup avec succès. 
Le dernier empereur allemand aurait eu une certaine apathie pour le champagne. On dit même qu’il a demandé au « chancelier de fer » Bismarck de boire du vin mousseux allemand au lieu du champagne.

Aujourd’hui, c’est avant tout un marketing astucieux sur lequel la marque de champagne est basée : Aucun film de James Bond ne se passe sans la demande de Bond pour une bouteille de champagne. Même une franchise comme Star Trek ne peut se passer de la boisson : Dans la séquence d’ouverture de Star Trek – Générations, une bouteille de Dom Pérignon, millésime 2265, s’envole dans l’espace et inaugure le nouveau vaisseau Enterprise. 

Simon von Ludwig

Image d’article: © THOR, tiré de Wikimedia Commons

Sources: Pietsch, Reinhard: « Champagner – Eine deutsch französische Affaire » [Champagne — Une affaire franco-allemande] & Don et Petie Kladstrup: « Champagne »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *